Article dans la revue L’Arche

Critique de l’Odyssée du microscopique dans la revue l’Arche (à côté de la scène chez Katz dans Quand Harry rencontre Sally, la classe).

L’odyssée du microscopique de Léandre Ackermann et Olivier F. Delasalle, un beau voyage pour cet été.

« Vous savez ce qu’est la théologie sarcastique ? », demande le grand-père de Sabrina à son mec Elias. « C’est une opinion minoritaire selon laquelle la vie fonctionne comme une histoire drôle. » Elias, journaliste en manque d’inspiration, faisant enragé son patron et sa machine à café, est l’anti-héros de cette bande dessinée. Celui qui s’invente des préoccupations aussi utiles à son journal que le référencement du parcours des mésanges. Et plus que l’ennui qui devient le sujet principal de ses textes, Elias semble perturber ses camarades. …/…

Article dans le Courrier Picard

On parle de L’Odyssée du microscopique chez le Courrier Picard!

C’est une histoire bien d’aujourd’hui que content Olivier Delasalle et Leandre Ackermann.

Journaliste normalement dépressif et cynique, Elias se réveille un matin étonnamment de bonne humeur et tous ses soucis envolés. Un vrai « déni de bonheur » comme lui révélera Sabrina, une obstétricienne rencontrée par hasard a une terrasse de café avec qui il va nouer une relation de plus en plus intime. Et celle-ci, de son côté, se cherche également, notamment au sujet de ses racines juives. En plein questionnement existentiel, elle envisage de devenir rabbin tandis qu’Elias va finir par quitter son journal où il étouffe. Profitant de ces instants de liberté retrouvée, ils vont aller en Israël rencontrer le grand père rabbin de Sabrina, qui va leur expliquer sa « théologie sarcastique » (qui pourrait se résumer par le fait qu’en prenant du recul, les petits malheurs de l’humanité deviennent vite risibles). De quoi voir la vie d’un œil neuf et apaisé…/…

Article dans Sud Ouest

Chronique des aventures d’Elias dans Sud-Ouest

Que se passe-t-il lorsqu’un journaliste un rien cynique, en thérapie depuis des années, se réveille un jour bêtement heureux ? Comme ça, là, d’un coup, sans raison ? L’événement est déconcertant pour Elias, reporter pour un hebdomadaire d’enquête, qui se trouve ainsi débarrassé du jour au lendemain de ses névroses. Sa route croise, alors qu’il se remet en question, celle d’une jeune sage-femme accoucheuses d’âmes que la religion incite à remettre de l’ordre dans sa vie. Ils vont faire un bout de chemin ensemble, histoire de titiller le sens de la vie, avec en ligne de mire l’élaboration d’un projet de vie commun.  …/…

Article sur BD Gest

Chroniqueur judiciaire dans un canard parisien, Élias a une réputation d’emmerdeur névrosé. Il râle pour tout et rien et, tel un Don Quichotte moderne, entreprend des combats perdus d’avance, partisan, par exemple, du rétablissement du savon dans les toilettes. Un matin, sans prévenir, la béatitude lui tombe dessus. Élias se réveille heureux, rien ne semble entamer son bien-être, tous les tracas du quotidien qui le faisait sauter au plafond se sont transformés en petits plaisirs ou en pépins sans importance. Assis en terrasse, savourant un café et la bêtise d’une mère de jumeaux excédée par sa poussette XXL, il rencontre Sabrina, accoucheuse des âmes et des corps. Pour elle, rien d’extraordinaire, Élias vient d’accoucher de lui-même, il faisait tout simplement un déni de bonheur. …/…

Article sur 9è Art

Du bonheur dans l’air.
Elias est un journaliste à la plume cynique, spécialisé dans le judiciaire. Enfin il était. Il écrit toujours pour la même rubrique, mais voilà que ce matin, il s’est mis à ressentir une sorte de légèreté un brin déstabilisante. La foule dans le métro ne le dérange pas, et même la suppression de la machine à café par son directeur, pour faire des économies, n’ébranle en rien sa bonne humeur.

Que lui arrive-t’il ? D’après Sabrina, sage-femme croisée par hasard qui ‘accouche les esprits et les corps’, il faisait juste un ‘déni de bonheur’. L’heure est sans doute venue d’apprendre à s’écouter réellement, et de faire les choix qui lui permettront de profiter pleinement de ce nouvel état d’esprit.

Un peu d’optimisme dans un monde gris.
Olivier F. Delassalle et Léandre Ackermann nous offrent avec L’Odyssée du microscopique une jolie ode au bonheur, dans ce qu’il a de plus simple. Un rayon de soleil, un sourire, le simple fait d’être en vie. Découvrir ce que l’on veut, et qui l’on est vraiment. …/…

Article sur Planète BD

Elias, un jeune journaliste, rencontre Sabrina, une sage-femme. Ensemble, ils vont vivre un tournant dans leur vie tant sentimentale que professionnelle. Un regard différent sur un changement de vie dans notre société moderne.
L’histoire : Elias se réveille un matin heureux de vivre. Voilà une trentaine d’années que ce jeune journaliste vit des névroses perpétuelles. Mais cette fois, plus rien. Il se rend à son travail en ayant un regard nouveau sur son environnement. A son bureau, il constante que par économie, son patron a retiré la machine à café pour le personnel. Cependant, Elias s’en fiche. Son patron le convoque dans son bureau. Il l’informe des difficultés du journal. Il faut s’attendre à du changement dans les services. …/…